Hydromel

Acrostiche – 8 pieds, 8 ver(re)s

Hyptonique et grisant breuvage
Yunnan subtil de son urée
Divine où je vais m’abreuver
Rêve d’un réel esclavage
Où l’on repousse des limites
Moment de vraie domination
Et de réelle soumission
L‘ivresse est vraiment inédite.

Juste une photo du récipient dans lequel j’ai dû lapper puis boire le nectar de ma Déesse. Expérience vraiment très humiliante mais loin d’être enivrante. Il va falloir que je m’habitue … mais j’aime lécher les quelques gouttes de ma Déesse afin de la nettoyer.

Dans tous mes poèmes

Dans tous mes poèmes, j’ai mal
Pourtant je ne me sens pas mâle
Plutôt soumise un peu fragile
Mais dont la langue est bien agile
 
Dans tous mes poèmes, je souffre
Et mes idées aux goûts de souffre
M’engagent en de jolies tortures
Me laissant marqué de zébrures
 
Dans tous mes poèmes, je rêve
En esclave, soumis sans trêve
Comme une vraie pute asservie
 
Dans tous mes poèmes, je vis
Des jeux de douleurs et plaisirs
Et dont j’assume les désirs

Le paddle + vidéo

​Le paddle
Acrostiche en 8 vers de 8 pieds

La punition sera sévère
Et vraiment proche du calvaire
Pour me laisser le postérieur
Arborer la belle couleur
D‘un joli rouge chatoyant
Derrière vraiment flamboyant
Les claquements impitoyables
Et la douleur intolérable.

La vidéo est disponible sur page « Vidéos » réservée aux abonnés.

Vous savez ce qu’il vous reste à faire …

Dos fouetté debout + vidéo

Tantôt je te fouetterai
Le dos, toi, regard hagard,
La tête dans le placard
Entre deux portes coincée.

Tu ne seras pas voyeur
Mais en vidéo bien vu.
Ce sera bel et bien l’heure
Que tu as tant attendue
Point donc ici de leurre
Jusqu’à ta langue pendue !

Les bras en croix enchaînés
J’ai tout en main, tu verras…
Et debout tu te tiendras
Les pieds serrés, menottés.

La vidéo est disponible sur page « Vidéos » réservée aux abonnés.

Vous savez ce qu’il vous reste à faire …

 

Je l’aime en talons hauts

Sonnet en 6 pieds


Je l’aime en talons hauts
Et je me sens vermine
Lorsqu’Elle me domine
Me regardant de haut.

Je l’aime en talons hauts
Si belle Demoiselle
Et lécher ses semelles
Allongé sur le dos.

Je l’aime en talons hauts
Ses jolis pieds cambrés
Et ses mollets galbés

Je l’aime en talons hauts
Compensés ou aiguilles
Sa beauté me torpille.


Le placard

Acrostiche sur 9 pieds et 3 rimes identiques sur 3 vers

Les bras attachés sans compromis
Esclave bâillonné et soumis
Pendant qu’Elle reçoit ses amies
L‘esprit tendu, rester immobile
Alors qu’Elle approche, volubile
Corps offert, vulnérable et docile
A la nouille toujours encagée
Révélé au regard stupéfait
D‘une amie au sourire enjoué

Le fameux placard vu sous 3 angles :
de gauche, de face et de droite.
En espérant que ce poème devienne un jour réalité et que j’y sois attaché et enfermé pour y être révélé à une de ses amies …