Plic ! Ploc ! Et flaques …

​Poème libre sur 6 pieds.


Plic. Ploc. Plic. Ploc. Et flaques
Profiter de la pluie
Qui recouvre le bruit
De ce fouet qui claque
Pour commencer la fête
En des séries de sept
Que l’esclave doit compter
Avant de remercier.
Un minimum de dix
S’imposera en supplice
En cruelle torture
Pour de belles zébrures.

Puis chaque fin de série
Dans une plaidoirie
L’esclave devra choisir
S’arrêter ou transir.
À lui d’être capable
De franchir le tolérable
Fesses et cuisses en dermite
Repousser ses limites.
Toute série commencée
Doit être terminée.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s