Merci Maîtresse

​Sonnet en acrostiche et alexandrins

Merci Maîtresse de Vous occuper de moi
Et de bien accepter que je sois Votre esclave
Réellement et lorsque le collier m’entrave
Cage de chasteté fermée sur mon émoi

Installée dans Votre rôle imposant Vos règles
Maîtresse, je Vous sais gré de m’encourager
A être un bon soumis qu’il Vous faut corriger
Irrésistible Déesse aux désirs espiègles

Tâche compliquée que de daigner me mater
Reine, je Vous remercie de Vous en charger
Et de faire de moi Votre esclave encagé

Sachez que je Vous remercie de m’accepter
Soumis et de l’attention que Vous me portez
Et même si pour cela, il faut me fouetter.

Caravane

Acrostiche


Corps offert à l’abri de regards indiscrets
Alcôve où se déroulent des jeux secrets
Révélant des passions inavouées
Au goût prononcé pour le fouet
Venant rompre la monotonie de vacances
A la nonchalance ponctuée d’errances
N’être alors plus qu’un objet de plaisir
Esclave de ma Déesse et de Ses plaisirs.

A quoi sert un esclave la nouille encagée ?

​Sonnet en alexandrins

A quoi sert un esclave la nouille encagée ?
A avoir les poignets menottés dans le dos
Bouche bien ouverte par un bâillon anneau
Et des pinces aux tétons pour le faire enrager

A quoi sert un esclave la nouille encagée
A être photographié, à être humilié
A servir de jouet, voire de mobilier
A lécher sa Déesse pour La soulager

A quoi sert un eslave la nouille encagée ?
Etre à sa Maîtresse pour Ses moindres désirs
A offrir sa langue juste pour Son plaisir

A quoi sert un esclave la nouille encagée ?
Et pour La satisfaire, être orné de zébrures
Vibrer sous Son fouet, porter Ses signatures


Loopy Johnny

​Acrostiche sur 11 pieds
Et une même rime

Lanière d’acier au silence trompeur
Objet méconnu et au nom enchanteur
Obscur fouet avec l’aspect d’un doux leurre
Prenant par surprise imposant sa douleur
Yatagan sortant l’esprit de sa torpeur

Joli fouet incapable de douceur
Oblitérant la peau tremblante de peur
Haletante sous chaque coup qui l’effleure
N’hésitant pas à cingler le postérieur
Naturellement offert à sa fureur
Yeux fermés et dents serrées proche des pleurs


Gode-ceinture

​Acrostiche en alexandrins
(12 vers & 12 pieds)

Grosse verge de silicone aux dimensions
Obscènes ajoutent encore à mon humiliation
Devant la taille imposante du sexe factice
Epieu qui transcende ma Déesse au solstice

Catin qui se soumet à son autorité
Esclave devant sucer jusqu’à la satiété
Immobilisé comme un eslave vaincu
N’être qu’une pute dont la bouche et le cul
Tour à tour remplis par cet énorme phallus
Utopie réelle imposant ses stimulus
Rêve où je suis traité comme une vraie salope
Et n’être qu’un jouet vibrant comme une lope.